Depuis le plus jeune âge, quand l'observation de terrain n'est pas possible ou, tout simplement, pour l'éclairer, aider à la comprendre, les enfants se documentent sur le sujet envisagé. C'est ce qui est appelé, dans le vocabulaire interne "faire une recherche". Ce moyen d'investigation nous paraît très riche en apprentissage, par delà même la récolte d'informations. Il ouvre à l'esprit critique, il développe l'esprit de synthèse.

Le premier travail consiste à apprendre à fréquenter les bibliothèques, notamment la bibliothèque de l'école. L'enfant y apprend à consulter plusieurs sources, à noter la référence bibliographique. Il se documente aussi grâce aux encyclopédies CD rom ou à Internet. Ce media est certainement appelé à se développer dans les années à venir et il est indispensable de permettre à tous les élèves d’accéder aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, tout en gardant bien à l’esprit qu’il s’agit d’un outil à utiliser à bon escient.

Commence alors le véritable travail de recherche. Apprendre à consulter un index, une table des matières pour trouver dans un livre LE chapitre intéressant, apprendre à confronter les sources, qui parfois se contredisent, apprendre à ne pas recopier le livre mais à réexprimer, avec des mots simples, les informations recherchées. La recherche peut aboutir à plusieurs activités en classe: la causerie, la synthèse écrite, la mise en commun dans le cadre des cours collectifs.

Quelles sont les différentes formes que peuvent prendre les " recherches " ?

1. La causerie est très pratiquée dans les petites classes. L'enfant choisit quasi librement un sujet, il part éventuellement d’une expérience vécue, il "fait une recherche" qui aboutit à un exposé en classe, illustré souvent d'un "panneau", c'est-à-dire d'un ensemble de documents iconographiques qui resteront au mur de la classe comme témoin de chaque causerie. L'idéal est que l'enfant maîtrise le sujet sans avoir besoin d'un texte complet (il s'aide en général d'un plan). Après l’exposé, les autres élèves lui posent des questions auxquelles il essaie de répondre.

2. La recherche écrite, pratiquée davantage chez les plus grands peut être l'approfondissement d'un aspect d'un cours, au choix des élèves, en fonction de l'intérêt qu'ils ont porté à l'abord premier. Mais elle peut aussi partir d'une proposition du professeur et aboutir à une collectivisation de l'information.

Enfin, elle peut naître d'une question occasionnelle et déboucher sur un sujet nouveau.

Il arrive parfois que le professeur aide l'enfant par un questionnaire, le travail consistant à répondre à une, à plusieurs ou à toutes les questions. Un des mérites de ce mode d'apprentissage est sa très grande souplesse.